Ailleurs, Mode, Savoir-Faire 20 mars 2013

Le Cachemirien

Au Cachemirien, Rosenda Meer crée des vêtements dans des textiles indiens d’un luxe inouï : tous sont en effet chargés d’histoires et de symboles.

 

IMG_5387

La rue de Tournon est incontournable. D’abord parce que c’est l’une des plus belles rues de Paris, avec vue imprenable sur le Sénat. Ensuite parce que c’est là que se trouve le Cachemirien, la galerie de Rosenda Meer. Une galerie unique en son genre où l’Italienne, mariée à un Cachemiri, propose des vêtements sur mesure : robes en brocart de Bénarès, costumes masculin en coton khadi et somptueux châles tissés en pashmina. L’élégance est l’un des grands principes du Cachemirien. Peu importent les formes à la mode et les couleurs tendance : chaque vêtement aux lignes épurées est fait pour traverser le temps. Les robes sont drapées et enroulées avec des manches délicates qui se terminent en pointe sur la main. Les manteaux sont droits, sans boutonnage, parfois avec un pli creux dans le dos. Les couleurs elles, ne se déclinent qu’en demi-teintes : bleu vert, bronze, mauve grisé, bordeaux, beige, etc. Les pièces à se damner ? Le châle en pashmina. cette laine recueillie sous le cou des chèvres au Cachemire. Il n’y a pas plus doux, pas plus léger, pas plus chaud ! Surtout, ils portent en eux mille et un symboles : par exemple au Cachemire, les fiancés s’offrent des châles et le marié se recueille sur celui de son épouse. Autre spécialité de Rosenda : le costume en coton khadi, tissé à la main. Impossible de ne pas être ému par ce tissu que Gandhi avait érigé en symbole de la résistance indienne face à la Grande-Bretagne. Mais il faudra parfois être patient pour posséder l’une de ces pièces exceptionnelles. Ici, la priorité est donnée à l’excellence : deux ans, c’est parfois le temps nécessaire aux artisans de Srinagar pour tisser l’un de ces merveilleux châles ou manteau, puis le rebroder. Eux seuls sont capables de réaliser, avec du fil de soie, ces points microscopiques qui vont former une frise somptueuse de feuilles et de fleurs entremêlées, aussi belle à l’endroit qu’à l’envers. Eux seuls peuvent  réunir plusieurs châles  pour former un couvre lit, comme s’il avait été tissé d’une seule pièce, sans qu’aucun point ne soit apparent. Les pièces de Rosenda relèvent de l’art. La preuve : certaines sont entrées à Galliéra, le musée de la mode de Paris.

www.lecachemirien.com

 

Ailleurs, Mode, Savoir-Faire 19 janvier 2014

MARIE-HELENE DE TAILLAC

Ces deux bijoux de la créatrice Marie-Hélène de Taillac viennent d'intégrer la collection permanente du Musée des Arts décoratifs (Paris).
Découvrir l’intégralité du texte
collier-Scarf_02-Marie-Hélène-de-Taillac-72DPI Marie-HelEne-de-Taillac-bagues-cabochons-72DPI Le collier Scarf et la bague Cabochon de la créatrice Marie-Hélène de Taillac viennent d’intégrer la collection permanente du Musée des Arts décoratifs (Paris). Cette reconnaissance est bien méritée car la créatrice a participé à l’évolution de la joaillerie. Au début des années 2000, elle imagine un nouveau bijou délicat et léger en accord parfait avec les désirs des femmes. Sur les bijoux, tourmaline, aigue marine et autre citrine ne sont plus retenues par du métal mais percées pour être en contact avec la peau. Elles distillent ainsi leurs supposés pouvoirs. La créatrice les taille irrégulièrement et remet à la mode la briolette en forme de goutte entièrement recouverte de facettes qui permet de mieux capter la lumière et donc de sublimer les couleurs vert menthe, bleu jean, rose tendre de ses pierres préférées. La créatrice est la première à mettre en avant le travail des artisans réputés de Jaïpur : « il est impossible de retrouver ailleurs cette dextérité à tailler les pierres en briolette ou à réaliser ces finitions sur l’or 22k, très jaune, qui se teinte alors d’une patine particulière », explique-t-elle. L’un des derniers bijoux qu’elle a présenté met à l’honneur la technique du serafa : le jonc est tressé avec un seul fil d’or, sans aucune soudure. Une merveille qui, lui aussi, mériterait d'accéder à l'éternité en entrant au musée. www.mariehelenedetaillac.com www.lesartsdecoratifs.fr