Horlogerie, Savoir-Faire 7 novembre 2012

Les heures de l’amour

L’excitation provoquée par les montres érotiques n’est pas seulement due aux images sulfureuses : leur rareté et la belle facture favorisent aussi le désir.

 

Peu connues du grand public, ces montres goussets polissonnes font figures de miraculées. Nées en réaction à la rigueur calviniste qui règne alors à Genève et en Suisse, au début du XIXème siècle, elles sont interdites par l’église. Il n’est alors plus question de les placer dans la corbeille de la mariée pour qu’elle les offre à ses demoiselles d’honneur ! Les messieurs cessent aussi de présenter ces « conversationnal pieces » aux jeunes filles qu’ils courtisent. Fabriquées et vendues sous le manteau par des horlogers, elles rivalisent alors d’ingéniosité pour dissimuler les images dans des doubles-fonds ou sous des couvercles qui ne s’ouvrent que grâce à un bouton secret. Toute pièce saisie est détruite sur place. La plupart de ces montres rescapées ont été rachetées par les Européens après le sac du Palais d’été à Pékin et pendant la guerre des Boxers. En effet, il y en avait beaucoup en Chine : dès l’apparition de ces montres libertines, le pays s’en montre particulièrement friand. Et c’est le cas encore aujourd’hui : la clientèle chinoise est omniprésente dans les ventes aux enchères comme celle, organisée en mars 2011 par la maison suisse Antiquorum, spécialiste en ce domaine. Elle s’est arraché les modèles griffés Breguet ou James Cox. Elle a aussi participe largement à l’envolée des prix dont celui de la montre de poche de l’horloger genevois Henry-Daniel Capt «  Musique d’amour » datant de 1810. Estimée entre 55 000 et 70 000 euros, elle a finalement atteint 153 120 euros.

www.antiquorum.com

 

Horlogerie, Savoir-Faire 10 mai 2014

FULL METAL WATCH

En horlogerie, la tendance est à la montre 100% métal.
Découvrir l’intégralité du texte
Tendance émergente en horlogerie : la montre pour femme sur bracelet en métal. " Elles l’aiment parce qu’il pèse un certain poids, il ne craint ni les chocs, ni l’eau ", explique le détaillant Xavier Pénichot (Paris). Bref, il est fait pour le quotidien. Quant aux rayures, elles lui procurent même un charme supplémentaire. Dans l'imaginaire collectif, la montre sur bracelet or ou acier évoque aussi immédiatement la Rolex. Un grand classique qui représentent 8 montres sur 10 achetées par les femmes dans ma boutique, continue Xavier Pénichot. Fortes de ce constat, les marques surfent sur la tendance et jouent avec les combinaisons de maillons. Elles jonglent avec les formes rectangulaires, ovales ou semi-circulaires qui se répètent et s’imbriquent les unes dans les autres. Elle combinent les couleurs, principalement le rose, le gris et le jaune. Tous ces bracelets évoquent aussi l’esthétique géométrique des années 30, des années arts déco caractérisée par une géométrisation des formes, une rigueur des compositions combinés à des volumes simples.